succéder


succéder

succéder [ syksede ] v. tr. ind. <conjug. : 6>
• v. 1355 tr.; repris XVIe; lat. succedere « venir sous, à la place de »
I ♦ SUCCÉDER À.
1(v. 1400) Venir après (qqn) de manière à prendre sa charge, sa place ( successeur). Succéder à qqn. Roi, chef d'État qui succède à un autre. Son dauphin lui succédera. Elle a succédé à son père à la direction de l'usine, elle a pris sa suite.
2Recueillir par succession le patrimoine de (qqn). hériter.
3Vx Parvenir à (une dignité, une place) après la personne qui avait cette dignité, cette place. Succéder à la couronne. Spécialt Obtenir par droit de succession.
4(Choses) Arriver, se produire, venir après, dans l'ordre chronologique. remplacer, suivre. « Aux bravades succéda l'inquiétude, puis le découragement » (Mérimée).
5(Choses) Être situé, venir après, dans l'espace. alterner. Des champs succédaient aux vignes.
II ♦ SE SUCCÉDER v. pron.
1Venir l'un après l'autre. « tous les gouvernements qui se sont succédé depuis soixante ans » (Sainte-Beuve).
2Se produire, venir l'un après l'autre (en parlant de phénomènes, d'événements distincts). s'enchaîner, se suivre. Des semaines se succédèrent, passèrent. « les crises commencèrent à se succéder presque sans trêve » (Martin du Gard).
3(Dans l'espace) Être à la suite l'un (les uns) de l'autre (des autres). « D'un bout à l'autre de l'immense paroi blanche, les inscriptions se succédaient » (Louÿs).
⊗ CONTR. Accompagner, coexister; devancer.

succéder verbe transitif indirect (latin succedere) Parvenir après quelqu'un à une fonction, à un emploi, à une dignité : Il m'a succédé à la direction du service. Venir après quelque chose, le suivre dans le temps ou dans l'espace : La colère succéda à la peine. Les prairies succèdent aux champs cultivés. Obtenir par droit de succession, par héritage ; recueillir une succession. ● succéder (difficultés) verbe transitif indirect (latin succedere) Conjugaison Attention à l'accent, tantôt grave, tantôt aigu : je succède, nous succédons ; il succédera. Accord Le participe passé ne s'accorde jamais : les réformes se sont succédé, mais au fond rien n'a changé. ● succéder (synonymes) verbe transitif indirect (latin succedere) Parvenir après quelqu'un à une fonction, à un emploi, à...
Synonymes :
Contraires :
Venir après quelque chose, le suivre dans le temps ou dans...
Synonymes :
- alterner avec
Obtenir par droit de succession, par héritage ; recueillir une succession.
Synonymes :
- hériter

succéder
v.
rI./r v. tr. indir. Succéder à.
d1./d Venir après (qqn) et le remplacer dans une charge, dans un emploi, etc. Sadate a succédé à Nasser.
d2./d Venir après (qqch) dans le temps, dans l'espace. à la route goudronnée succédait une piste.
d3./d DR Recueillir l'héritage de (qqn).
rII./r v. Pron. Venir l'un après l'autre. Les générations qui se sont succédé jusqu'à ce jour.

⇒SUCCÉDER, verbe
I. — Empl. trans. indir.
A. — [Le suj. désigne une pers.]
1. Venir à la suite, conformément à des règles établies.
a) Prendre la suite de quelqu'un dans un emploi, une charge, une dignité, une fonction. La hiérarchie commence: Lin succède à Pierre, Clément à Lin, et cette belle chaîne de pontifes, héritiers de l'autorité apostolique, ne s'interrompt plus pendant dix-huit siècles, et nous unit à Jésus-Christ (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 363). Charles le Téméraire, qui venait de succéder à son père, (...) voulait fondre en un bloc ses domaines faits de pièces et de morceaux, relier la Bourgogne aux Pays-Bas, soit par la Champagne, soit par la Lorraine (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 129).
Absol. Louis XVIII était mort (...). Charles X succédait sans orage (SAND, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 443). Il succéda sans être inquiété, ce semble, et régna seize années (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p. 437).
b) Vieilli. Parvenir à une dignité, une fonction, un titre après la personne qui en était titulaire. Succéder à la couronne, à l'empire, au royaume. Son fils devant succéder à la pairie de son grand-père, il pensa tout à coup à lui constituer un majorat (BALZAC, Lys, 1836, p. 97). Quand Charles II mourut, laissant ses états à sa fille Isabelle et à son gendre René, un compétiteur surgit, Antoine de Vaudémont qui, soutenant que les femmes ne pouvaient succéder au duché de Lorraine, se présenta comme le plus proche héritier mâle. (BARRÈS, Cahiers, t. 8, 1910, p. 240.)
c) DROIT
) Recueillir le patrimoine de quelqu'un par héritage.
Qqn succède à qqn. Votre fille (...) succède à sa mère, de qui vous ne pouvez pas hériter (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 210).
Qqn succède à qqc. Le père ou la mère survivant, a l'usufruit du tiers des biens auxquels il ne succède pas en propriété (Code civil, 1804, art. 754, p. 138).
) Vieilli. Être habile à succéder (à qqn). ,,Être capable de succéder, être propre à succéder`` (Ac. 1798-1878). Si l'époux absent n'a point laissé de parens habiles à lui succéder, l'autre époux pourra demander l'envoi en possession provisoire des biens (Code civil, 1804, art. 140, p. 29). Absol. Vous oubliez que, chez nous, les femmes sont habiles à succéder, et que s'il arrivait quelque malheur au prince Édouard... (DUMAS père, C. Howard, 1834, I, 1er tabl., 3, p. 215). Au fig., vx. ,,Être vif et alerte pour ses intérêts`` (Ac. 1798-1878).
2. Venir après.
a) Posséder la même charge, la même fonction (que quelqu'un); prendre la suite, la place de quelqu'un dans un commerce, une profession. En Gaule, la dynastie franque change; les Carlovingiens succèdent aux Mérovingiens (GUIZOT, Hist. civilis., leçon 3, 1828, p. 16). Le général Dentz lui succéda au banc des accusés (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 110).
b) Prendre la place d'un autre; remplacer quelqu'un dans le cœur, le crédit, la confiance de quelqu'un. M. Hulot (...) a mis bien du mystère à ses infidélités, car j'ignorais qu'il vous eût succédé dans le cœur de Mlle Josépha (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 16).
B. — [Le suj. désigne qqc.] Venir après l'autre; être, venir à la suite.
1. Domaine temporel
a) [À la suite] Les premières années qui succèdent à la nubilité, sont quelquefois accompagnées d'une espèce d'explosion de talens de plusieurs genres (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 311).
Absol., rare. Moncornet a gardé assez tard ses seigneurs. La noblesse éteinte, et la bourgeoisie succédant, le prosaïsme s'est étendu sur ces ruines toujours imposantes (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p. 304).
b) [En alternance] La nuit succède au jour (Ac. 1798-1935). Voilà comme les bons jours succèdent aux mauvais, le désespoir alterne avec la joie; souvent, quand on se croit près de périr tout à coup on est sauvé (FLAUB., Tentation, 1849, p. 367). À la fleur succède le fruit qu'on mange, et au fruit, de nouveau les fleurs encore! (CLAUDEL, Violaine, 1901, IV, p. 632).
2. Domaine spatial. En allant au Cap Nord, vous voyez les sapins succéder aux hêtres de la Baltique; après les sapins, d'immenses forêts de pins tapissées de mousse blanche (...). Le bouleau finit la marche des grands végétaux (BONSTETTEN, Homme Midi, 1824, p. 24). Là finissaient les degrés de bois garnis de carreaux qui avaient succédé aux grandes marches de pierre des premiers étages (A. FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 11).
II. — Empl. intrans. ou trans. indir., vx
A. — 1. Qqc. succède. Arriver, advenir, se produire. Les événements succèderont selon vos desseins; le peuple se joindra à la populace (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 493). Le médecin, ravi de voir les choses succédant au-delà de ses souhaits (...) accourut à Paris (BALZAC, Rabouill., 1842, p. 256).
2. Qqc. succède à (qqn, aux désirs de qqn). Réussir, avoir une issue heureuse; donner satisfaction, répondre. Voyant que tout lui succédait, et que son pays était presque en entier rentré en obéissance, le comte alla mettre le siége devant la ville de Gand (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 1, 1821-24, p. 210). — (...) je demande à Dieu que tout succède à vos désirs.Oh! (...) ne parlez point ainsi (...). C'est souvent pour notre châtiment que Dieu contente nos désirs (A. FRANCE, Contes Tournebroche, Étrennes Mlle de Doucine, 1908, p. 140).
B. — Rare. Qqn succède. Réussir, avoir du succès. Si j'ai souvent échoué dans mes entreprises, il y a eu chez moi faillance de destinée. Les étrangers qui ont succédé dans leurs desseins furent servis par la fortune (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 4).
III. — Empl. pronom.
A. — [Le suj. plur. désigne des animés] Venir après.
1. [À la suite] Les générations se succèdent environ tous les trente ans (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 252). L'Europe est la partie du monde où se sont succédé Chartres, Michel-Ange, Shakespeare, Rembrandt (MALRAUX, Conquér., 1949, postf., p. 169).
2. [Par succession] Se succéder de père en fils. Synon. se continuer, se perpétuer. Une dynastie de commis se succède à de longs intervalles (VERLAINE, Œuvres compl., t. 4, Mém. veuf, 1886, p. 197).
3. [En alternance] Nous formions ainsi trois équipes qui se succédaient de six heures en six heures (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 17).
B. — [Le suj. plur. désigne des inanimés] Venir l'un après l'autre.
1. Domaine temporel. Se passer, se produire après; venir à la suite l'un de l'autre. Synon. se suivre. Les coups se succèdent sans s'enchaîner, sans que les premiers exercent aucune influence sur ceux qui les suivent (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 461):
Trois églises se sont succédé à Épernay. La première, une église romane, bâtie en 1037 par Thibaut Ier, comte de Champagne, fils d'Eudes II. La seconde, une église de la Renaissance, bâtie en 1540 par Pierre Strozzi, maréchal de France, seigneur d'Épernay (...). La troisième, l'église actuelle...
HUGO, Rhin, 1842, p. 22.
2. Domaine spatial. Se trouver, être situé après; être à la suite l'un de l'autre. Les gras pâturages se succédaient l'un à l'autre (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 134). Aux rives les hameaux se succèdent pareils (CROS, Coffret santal, 1873, p. 38).
Prononc. et Orth.:[syksede], (il) succède [-]. Ac. 1694, 1718: succeder; dep. 1740: succéder. Conjug., v. abréger. Étymol. et Hist. 1. a) 1258 « (en parlant de biens) revenir en héritage » (Trésor des Chartes du comté de Rethel, I, 294, 11 ds RUNK, p. 18) — XVIe s. ds HUG.; b) 1340 absol. « recueillir un héritage » (Coutumes Lille, éd. Roisin, p. 360); 2. a) 1377 « avancer, passer » (ORESME, Ciel et Monde, éd. A. D. Menut, p. 290: nonobstant que en ce lieu pluseurs corps succedent un après l'autre); b) 1534 « venir ensuite » (RABELAIS, Gargantua, éd. Calder, Screech, p. 46: la joye qui toust succederoit luy tolliroit tout cest ennuy); c) 1543 « arriver (d'événements) » (Amadis, IV, 36 ds HUG.); d) 1552 succeder a souhayt « se produire comme on le souhaite » (RABELAIS, Quart Livre, éd. R. Marichal, p. 122), succéder + loc. adv. ou adv. déterminant le caractère heureux, attendu ... de l'issue surtout au XVIe s., senti comme vieilli ds Ac. 1740; 3. a) 1403 « (d'une personne) prendre la succession de quelqu'un » (Trésor des chartes du Comté de Rethel, II, 492, 18 ds RUNK., p. 11: le plus prochain qu'il eust, habile à succeder à luy); b) 1549 succéder (à qqn en qqc.) « réussir; être à la hauteur (de quelqu'un en quelque chose, ici dans le domaine des lettres et des sciences) » (DU BELLAY, Deffence et Illustration, éd. H. Chamard, p. 56). Empr. au lat. succedere (de sub « sous » et cedere « aller, s'avancer ») littéral. « aller sous, s'avancer sous » d'où « venir à la place de, remplacer », à partir duquel le fr. a développé différentes accept. « aboutir à, avoir telle issue », spéc. « réussir »; v. aussi succès. Fréq. abs. littér.:2 991. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 5 485, b) 4 222; XXes.: a) 3 865, b) 3 449. Bbg. GOOSSE (A.). Jeux du sing. et du plur. Mél. Pohl (J.). Bruxelles, 1980, pp. 100-101.

succéder [syksede] v. tr. ind. [CONJUG. céder.]
ÉTYM. V. 1355; subcéder, v. 1290; lat. succedere « venir sous…, à la place de…; remplacer » (→ Succédané), de sub-, et cedere « aller, avancer ».
Succéder à (qqn, qqch.).
———
I
1 (XVIIe). Venir après (qqn), de manière à prendre sa charge, sa dignité, sa place. Successeur. || Succéder à qqn dans son emploi, à l'Académie. || Roi, chef d'État qui succède à un autre.Absolt. || Les fils de Louis XIV, déclarés légitimes (cit. 6) et aptes à succéder.
Par ext. || Succéder à son père (à la tête d'une entreprise, etc.), prendre sa suite (→ aussi Manitou, cit. 2).
2 (V. 1355). Recueillir par succession le patrimoine de (qqn). Hériter (→ Descendant, cit. 1; héritier, cit. 6; hoir, cit. 1). || Il a succédé à son oncle.(Sans compl. en à). || Être apte, habile à succéder. Successible. || Indignes (cit. 6) de succéder.
3 (V. 1559). Vx. Parvenir à (une dignité, un titre, une place…), après la personne qui avait cette dignité, cette place. || Succéder au royaume, à l'empire, à la couronne.Par ext. || Succéder au crédit de qqn, obtenir le même crédit… (Voltaire).
Spécialt. Obtenir par droit de succession.
1 Le roi, pour ne pas laisser s'éteindre le nom et les titres des maisons de Lenoncourt et de Givry, va autoriser par une ordonnance mon frère à succéder aux noms, titres et armes des Lenoncourt-Givry.
Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Pl., t. I, p. 253.
4 (V. 1380). Choses. Arriver, se produire, venir après. a (Dans le temps). Remplacer, suivre.REM. Le mot a passé du sens fort de « remplacer, venir prendre la même place » (dans un ordre préétabli), à celui, purement temporel, de « venir après » (→ Succession). || Succéder à qqch. (→ Brouillard, cit. 12; clarté, cit. 2; doux, cit. 17; ère, cit. 7; gothique, cit. 10; phénomène, cit. 2; progression, cit. 1). || Religion qui succède à une autre (→ Harmoniser, cit. 1). || « Le jour succède au jour » (→ Douleur, cit. 13; flétrir, cit. 21). || Le lundi a le tort de succéder au dimanche (→ Écolier, cit. 7).Succéder à qqch. brusquement, rapidement, sans transition (→ Contralto, cit. 2).
2 Puis on ne voit plus rien. Tout s'efface et recule.
La nuit morne succède au sombre crépuscule.
Hugo, la Légende des siècles, LIV, IV.
3 Aux bravades succéda l'inquiétude, puis le découragement.
Mérimée, Hist. de Pierre le Grand, p. 29.
b (Dans l'espace). || Des champs succédaient aux vignes. || Le graphique (cit. 3), avec sa montée incessante, puis le long plateau qui lui succédait.
———
II (XVIe). Vx.
1 Advenir de telle ou telle manière. || Chose qui succède à qqn, qui lui arrive (cf. Molière, le Dépit amoureux, III, 1). || Succéder de qqch., en résulter.
2 (1639). Réussir bien. Succès (cit. 1).Spécialt. || Succéder à qqn, lui être favorable, lui réussir.
4 Mon cœur est sans soupirs, mes yeux n'ont point de larmes,
Comme si j'apprenais d'un secret mouvement
Que tout doit succéder à mon contentement !
Corneille, Cinna, IV, 4.
5 N'en doutez point, Seigneur, tout succède à vos vœux.
Racine, Bérénice, III, 2.
———
III V. intr. Vx (langue class.).
1 (1377). Avancer, parvenir quelque part.
2 (Mil. XVIe). Avoir tel résultat. || Bien succéder : aller bien.
(1552). Résulter; avoir pour conséquence. || « Quoi qu'il en succède… » (Corneille).
Absolt. Avoir un heureux résultat (encore chez Balzac).
Succéder à (qqn, aux désirs de qqn) : avoir de bons résultats pour…
3 (1648, Pascal). Didact. et vx. Venir, s'introduire sous…, dans… (qqch.). || « Quand l'air ne peut succéder entre deux » corps contigus… (Pascal, Traité de la pesanteur, II).
——————
se succéder v. pron.
ÉTYM. (Mil. XVIIe).
1 (Personnes). Venir après par succession. || Rois, gouvernements qui se succèdent. || Se succéder de père en fils. Continuer.Médecins qui se succèdent au chevet d'un malade. || Ils se sont succédé (invar.).
6 « (…) j'ai vécu déjà sous dix dominations, ou sous dix gouvernements différents en France ». Et il (Lamartine) énumère tous les gouvernements qui se sont succédé depuis soixante ans, à commencer par Louis XVI.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 4 août 1851.
7 Sa charge était dans la famille depuis deux cent cinquante ans, les Baillehache de père en fils s'étaient succédé à Cloyes, d'antique sang beauceron (…)
Zola, la Terre, I, II.
2 (Choses). Se passer, se produire, arriver, venir l'un après l'autre (en parlant de phénomènes, d'événements distincts). Dérouler (se), enchaîner (s'), suivre (se); successif; succession. || Ordre dans lequel deux phénomènes se succèdent (→ Relativité, cit. 4). || Phénomènes qui se succèdent et se répètent sans interruption (→ Observer, cit. 15), sans trêve. || L'ordre dans lequel nos connaissances se sont succédé (→ Haut, cit. 101). || Des semaines se succédèrent, passèrent (→ Incendie, cit. 4). || Se succéder régulièrement. Alterner (avec).
8 Pas de crépuscule, pas d'aurore. Nuit et jour se succédaient plus rapidement que par un bouton électrique.
Giraudoux, Suzanne et le Pacifique, IV.
9 À partir de midi, les crises commencèrent à se succéder presque sans trêve, et l'aggravation fut manifeste.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 159.
10 (Gurau) passa de cette rêverie à une suite de réflexions, d'interrogations, de rapprochements, qui se succédèrent avec une rapidité croissante (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XXII, p. 286.
(Dans l'espace). Être à la suite l'un (les uns) de l'autre (des autres). → Inscription, cit. 3; ondulation, cit. 8.
CONTR. Accompagner, coexister. — Devancer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • succeder — SUCCEDER. v. n. Venir aprés, prendre la place de ... La nuit succede au jour. le jour succede à la nuit. le jour & la nuit se succedent l un l autre, succedent l un à l autre. les regnes succedent les uns aux autres. les saisons succedent les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • succeder — Succeder, à aucun et estre mis en sa place, Succedere, Suffici. Succeder à la place d autruy, et en sa charge, Succedere vicarium muneri alterius. Le fait de succeder à aucun, Successio. Qui succede et est mis en la place d un autre, Successor… …   Thresor de la langue françoyse

  • succéder — (su ksé dé. La syllabe cé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je succède, excepté au futur et au conditionnel : je succéderai) v. n. 1°   Au sens latin et propre, aller sous, entrer dans. •   Tous les corps contigus… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SUCCÉDER — v. n. qui s emploie avec la préposition à. Venir après, prendre la place de. La nuit succède au jour. Le jour succède à la nuit. Le jour et la nuit se succèdent l un à l autre, succèdent l un à l autre. Les saisons succèdent, se succèdent les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SUCCÉDER — v. intr. Venir après, prendre la place de. La nuit succède au jour. Les saisons se succèdent les unes aux autres. Les événements s’étaient succédé avec rapidité. Succéder à quelqu’un, Posséder après lui une charge, un emploi, une dignité, etc. Un …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • succéder — vti. SUKSÈDÂ (Albanais.001, Giettaz, Villards Thônes). A1) succéder, venir après, suivre : mnyi apré (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • se succéder — ● se succéder verbe pronominal Venir l un après l autre dans une charge, un emploi, une fonction : Les Dupont se sont succédé à la tête de l entreprise. Être à la suite l un de l autre : Les hypothèses se succédaient dans sa tête. ● se succéder… …   Encyclopédie Universelle

  • alterner — [ altɛrne ] v. <conjug. : 1> • av. 1585; trans. « faire succéder en alternance »; lat. alternare, de alternus 1 ♦ V. intr. Se succéder en alternance. Deux personnes qui alternent. ⇒ se remplacer, se relayer. « Un plateau où alternaient des… …   Encyclopédie Universelle

  • succession — [ syksesjɔ̃ ] n. f. • 1200; lat. successio « fait de venir à la place » → succéder I ♦ 1 ♦ Dr. Transmission du patrimoine laissé par une personne décédée (l auteur) à une ou plusieurs personnes vivantes (les ayants cause); manière dont se fait… …   Encyclopédie Universelle

  • remplacer — [ rɑ̃plase ] v. tr. <conjug. : 3> • 1549; de re et a. fr. emplacer « mettre en place » 1 ♦ Remplacer une chose par une autre, mettre une autre chose à sa place; faire jouer à une autre chose le rôle de la première. ⇒ substituer. « Les mots… …   Encyclopédie Universelle